Limites des literies traditionnelles

Interior > Espaces et collections > Espace Chambre à coucher > Literie (marque DUX) > Limites des literies traditionnelles

Mi-hamac, mi-baignoire : marre des “matelas de papa” !

Pendant longtemps, les matelas étaient bien moins bons qu’actuellement. Le principe de base consistait dans le fait de bourrer une enveloppe de tissu avec un remplissage si possible tendre et homogène. Or on se contentait d’utiliser à cette fin les matériaux qui “nous tombaient sous la main” : c’est ainsi que la paille a beaucoup été mobilisée, de même que la laine, le crin de cheval, etc…

Résultat des courses ? On s’en doute, rien de très fameux ! Après quelques nuits seulement, la pression et les mouvements du corps avaient pour effet de “chasser” cette matière de remplissage, très molle, vers les bordures (tête, pied et côtés) du matelas. En découlait immanquablement un “effet baignoire“ (ou “hamac”) non seulement très inconfortable, mais carrément générateur de douleurs dorsales sur le long terme !

Certes, le développement des technologies a permis, dans les dernières décennies du XXème siècle, l’exploration de nouvelles solutions. Matelas à mémoire, mousses artificielles, etc… Mais aucun de ces dispositifs ne parvient à surmonter l’obstacle numéro 1 : dès qu’on a affaire à un matelas, le principe “action-réaction” se met en marche, et les points les plus enfoncés dans la masse (hanches et épaules) deviennent alors l’objet d’une compression accrue. On ressent du coup des picotements et on doit bouger, se retourner.

 

La succession de ces mouvements au cours de la nuit vous place dans une sorte de semi-veille permanente, largement impropre au fonctionnement de la mémoire de nuit. En résulteront fatigues, douleurs diverses, problèmes de digestion, etc…

Désireux de tester en 3D les bienfaits de la literie DUX ? Venez la découvrir en personne à notre showroom !

UNE QUESTION ?
UNE DEMANDE ?

N’hésitez pas à nous contacter pour préparer parfaitement votre achat !